Mon séjour au Japon…

.Je suis à peine de retour du pays du Soleil levant que déjà 4-5 personnes m’ont demandé mes bonnes adresses et mes conseils pour leur prochain séjour au Japon. J’ai donc décidé de tout consigné ici. Ainsi, tous pourront y accéder et, moi, je pourrai partir avec cette base pour établir mon prochain séjour en 2021! Et, bien sûr, si vous avez des questions, n’hésitez pas à me contacter.

Premièrement, il faut savoir que je suis partie un total de 14 jours. A cause du !@# de décalage horaire de 13/14 heures (le Québec étant passé à l’heure normale durant mon séjour là bas, le décalage est passé de 13 à 14 h), j’avais donc 12 jours à ma disposition pour découvrir le territoire nippon.

Avant le départ

  • Guide Je suis partie avec le guide Fabuleux Japon publié cette année chez Ulysse. La maison d’édition me l’avait gentiment offert pour préparer mon voyage. Parfait pour démystifier le pays, en apprendre davantage sur les coutumes japonaises et pour planifier son itinéraire.
  • Quand? Les deux plus belles périodes pour visiter le Japon sont le printemps pour voir les cerisiers (sakura) en fleurs. Le mot pour définir cette activité est hanami et signifie, simplement, « voir les fleurs ». Les japonaises se passionnent pour cette activité et même la météo annonce la floraison, ville par ville. L’automne est également très prisé pour les couleurs. J’y suis allée en novembre et il faisait 20-22 degrés le jour, c’était parfait.
  • Transport Avant de partir, on se procure une Japan Rail Pass. C’est un must! Et, il faut savoir, qu’elle est moins chère si on l’achète ici que là-bas. Au Canada, on se la procure dans l’un ou l’autre de ces points de vente. A Montréal, elle est notamment disponible à l’agence de voyage Jade Tours située dans le quartier chinois (104 De La Gauchetière ouest). On peut aussi l’acheter en ligne. En fait, on achète un bon d’échange qu’on échangera contre notre pass une fois sur place. Vous trouvez que c’est cher? Et bien c’est normal. Mon billet de train pour 14 jours m’a coûté 630$ et mon billet d’avion 675$!! Mais dites vous que le seul trajet de 5h que j’ai effectué entre Hiroshima et Tokyo m’aurait coûté plus de 500$ si je n’avais pas eu ma JR. Une fois sur place, vous n’aurez plus à débourser d’argent (ou à peine) pour vos transports. En plus de couvrir le transport entre les villes en Shinkansen (le TGV du Japon), elle couvre également le transport local à Tokyo (plusieurs lignes). Et, si vous ne passez que quelques jours à Tokyo, sachez qu’il est également possible de se procurer une passe qui comprendra l’aller-retour à l’aéroport de Narita (environ 45-50 minutes de train de Tokyo) et l’accès au métro pour 24/48/72 heures à bon prix: détails ici.
  • Prises électriques C’est simple, pas besoin de rien, c’est comme chez nous. Yé!
  • Est-ce-que ça coûte cher? Ce qui coûte cher au Japon, ce sont les transports. Pour le reste (logement et repas), je dirais que c’est pas mal la même chose qu’ici.
  • $ CAD / YEN Lors de mon passage, 1000 JPY  équivalaient à environ 12$ CAD. Un autre truc assez simple pour s’en souvenir rapidement est de diviser le chiffre en yen par 100 (soit, en tassant la virgule de 1 chiffre à droite) ce qui vous donnera une idée approximative du montant en USD. Ex. 5,000 JPY équivalent à environ 50 USD ou 60 CAD.
  • Cash only Ben oui! Même si le Japon a l’air de vivre en 2035 par rapport à nous, il est primordial de savoir que la carte de crédit n’est que très peu acceptée. Bien sûr, vous pourrez l’utiliser dans les  hôtels et dans les grands restaurants mais c’est pas mal tout. Alors, un saut au bureau de change avant le départ s’impose. Une fois sur place, il y a des ATM partout. Par contre, sachez que ce n’est pas tous les guichets qui acceptent toutes les cartes canadiennes. Premièrement, assurez-vous de voir le signe Plus avant d’insérer votre carte dans la machine. (Question d’être certain qu’il ne la mange pas!). Aussi, ne désespérez pas si ça ne fonctionne pas la première fois. Moi, ma carte de la CIBC ne fonctionnait que dans les guichets situés dans les FamilyMart alors que celle de mon amie Brigitte (Banque Nationale) fonctionnait pas mal partout.
  • Téléphone/Wifi Aucune inquiétude à y avoir nos téléphones québécois fonctionnent au Japon. Avec Bell et Rogers, moyennant 12$ par jour, vous pourrez utiliser votre cellulaire comme à la maison. Si vous voulez économiser, sachez que vous pouvez vous procurer une puce locale à l’aéroport ou dans n’importe quel 7-Eleven du pays. Il est également possible de louer un wi-fi mobile (pocket wifi) à l’aéroport (sachez que certain Airbnb ou appartements vous le fournissent – c’était mon cas à Tokyo!). Super pratique, on le charge, on le traîne avec nous et on a du wifi partout, tout le temps.
  • Tatouages Les tatouages ne sont pas beaucoup appréciés au Japon car ils rappellent les Yakuzas, membres de la mafia japonaise. Bien que les touristes tatoués aient généralement peu de problèmes, sachez que si vos tatouages sont visibles, il est possible que vous soyez victime de regards insistants. Sachez également que la majorité des bains publics et des onsen risquent de vous refuser l’accès à leur établissement.
  • Onsen Les onsen, ce sont les fameux bains chauds japonais dont l’eau provient de sources volcaniques. Ils se différencient des sentō où l’eau utilisée est de l’eau du robinet. Notez qu’on s’y baigne nu, après s’être lavé dans un espace commun. Aussi, les hommes et les femmes ne se baignent pas ensemble.
  • Depachikas Au Japon, les sous-sols des grands magasins (comme le Isetan!) regorgent de merveilles gastronomiques. On y retrouve de tout: sushis, desserts, dumplings, sake, etc. Coup de coeur pour celui de Shinjuku, à Tokyo. On achète notre bento box au sous-sol puis on se rend sur la terrasse aménagée sur le toit de l’immeuble pour la manger. Miam! Excellent endroit pour luncher et pour relaxer un peu.
  • Ryokan Ce sont des auberges traditionnelles japonaises, avec tatamis et tables basses. On y retrouve aussi souvent des onsen ou des sentō.

Tokyo

A26B4FCE-7C17-4650-AC33-D49A76CA8960

  • Hébergement Bon, il faut savoir que Tokyo c’est BIG pis que c’est pas mal plus BIG que tout ce que vous avez pu voir jusqu’à maintenant. C’est l’équivalent de toute la population du Canada (40 millions d’habitants) qui vit dans l’agglomération de Tokyo! Habiter à proximité de l’une des stations de la ligne JR  Yamanote Line est une excellente idée. C’est la ligne la plus importante de la ville et, en plus, elle est comprise dans la JR Pass donc pas de frais additionnel pour l’utiliser. Toutefois, il faut savoir que les stations sont quand même éloignées l’une de l’autre. Si comme moi, vous habitez à Otsuka, vous êtes quand même à un bon 30-40 minutes de train de Shibuya. Mes quartiers préférés pour loger sont donc Shinjuku, Shibuya et Harajuku.
  • Quartiers préférés Personnellement, j’ai craqué pour Daykanyama, Nakameguro et Ebisu, tous des quartiers  situés à proximité de Shibuya.
  • Incontournables Shibuya Crossing où transitent plus d’un million de personnes chaque jour (points de vue intéressants: Starbucks, Magnet, le café de l’Occitane et le sky lobbie du 11e étage de l’immeuble Hikarie), Hachikô, le chien de Shibuya, la vue du 52e étage de l’hôtel Hyatt Park du film Lost in translation (prévoir un frais d’entrée de 2 500 yen, soit une trentaine de $CAD), faire l’essai d’un hôtel capsule au moins 1 nuit (j’ai dormi au Millennials de Shibuya), Daikanyama T-Site Tsutaya et marcher, marcher, marcher afin de découvrir tous les secrets de cette ville. A ne pas manquer: Takeshita Dori dans Shinjuku un dimanche après-midi!
  • Couteaux Pour se procurer des couteaux japonais à bon prix, rendez-vous chez L’Émouleur, rue Laurier ouest à Montréal (!!) ou sur Kappabashi dori dans le quartier Asakusa. :)
  • Restos/Bars à vins nature/Cafés Les buvettes: Un jour (même équipe que Le Verre Volé de Paris), Margo, Wine Stand Bouteille, Surry Hills. Les restos: Bird Land et M Sushis. Cafés: Starbucks Reserve et Sidewalk Stand Coffee. Aussi, gros coup de coeur pour le lounge Anjin situé dans la librairie Daikanyama T-Site Tsutaya (la limonade est folle!).

Kyoto

IMG_0438

  • Pour se rendre 3h de Tokyo en Shinkansen
  • Hébergement Il existe une compagnie (Resistay) qui loue des appartements à Kyoto. C’est comme Airbnb mais en mieux! Ils ont plusieurs immeubles dans la ville. En arrivant, on ramasse nos clefs à leur bureau chef de Kyoto Station ensuite ils nous offrent le transport en navette jusqu’à notre hébergement. Une fois sur place, ils nous accompagnent pour nous montrer comment ouvrir la porte et s’assurer que tout fonctionne bien. Génial! J’ai habité le Resistay Imadegawa (5 minutes de marche du métro Imadegawa et 10 minutes du Palais impérial) et j’ai A-DO-RÉ!
  • Transport Il y a seulement 2 lignes de métro à Kyoto, donc ce n’est pas trop compliqué. Le reste se fait en bus ou en vélo (très populaire!). Toutefois, il faut acheter les billets, le transport dans la ville n’étant pas couvert par la JR Pass.
  • On prévoit combien de temps? Honnêtement, avec 3 jours, il est possible de bien visiter la ville, de voir les principaux temples ainsi que les quartiers chauds et animés comme Gion et le Nishiki Market.
  • Les temples Kyoto est le centre culturel du Japon. On y retrouve près de 2000 temples dont plusieurs sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il y en a partout dans la ville. Il ne faut pas manquer le Kinkaku-ji couvert de feuilles d’or, les 15 rochers du jardin du jardin de pierres du Ryoan-ji, le Kiyomizu-dera qui surplombe la ville de Kyoto (magnifique au coucher du soleil!) et le jardin sec du Ginkaku-ji. Un saut dans le quartier Arashiyama (prévoir 1/2 journée) s’impose également pour voir la forêt de bambou, le pont de bois Togetsukyō et le temple Tenryuji. Sachez que de l’autre côté du pont, dans le parc Iwatayama, il est possible d’observer les macaques dans leur environnement naturel. Finalement, impossible de quitter Kyoto sans voir le Fushimi Inari-Taisha et ses 10 000 torii (portiques de sanctuaire) rouge.
  • Incontournables A part les temples, arrêtez-vous au plus beau Starbucks au monde (oui! oui!) dans Ninenzaka. Visitez le célèbre quartier Gion en soirée (peut-être aurez vous l’occasion, comme moi, de croiser une vraie geisha ou une apprentie, une maiko). De mon côté, j’ai manqué de temps pour y aller mais sachez que le marché couvert Nishiki est un must. Il s’étend sur cinq blocs et rassemble une centaine de magasins et de restaurants. Pour effectuer une visite guidée à pied et gratuite du quartier Gion, on s’inscrit auprès de Kyoto Free Walking Tour et pour vivre une cérémonie du thé authentique: Tea Ceremony Experience.
  • Restos/Bars à vins nature/Cafés Le restaurant de ramens flamblés Menbakaichidai, le bar à vins naturels: Komorebino, les buvettes: Ekaki, Lankä, Deux Cochons, Baitarusain et le bar à gin situé juste à côté du  Baitarusain et où on paie ce qu’on veut: Nokishita711 Gin and Cockyails labo. Mon drink était fou!

 

Kôya-san

IMG_0593

  • C’est quoi? Kôya-san, c’est un lieu de pèlerinage bouddhiste situé au Mont Kôya. C’est là que se tient le centre d’enseignement de l’école bouddhiste Shingon. Ici, les moines méditent et prient pour la paix et le bien-être des hommes depuis maintenant 12 siècles. Le complexe monastique compte 117 temples et est situé à une altitude de 900 mètres. Le site fait 6 km d’est en ouest et 3 km du nord au sud.
  • Pour se rendre Il faut compter un bon 3h-3h30 de Kyoto et se taper tout un cocktail de transport (métro-train-funiculaire-autobus). De notre côté, nous avons laissé le gros de nos bagages dans notre appartement de Kyoto et sommes parties avec notre sac à dos de ville seulement pour Kôya-san pour une nuit. Ce qui s’est avéré être une excellente idée!
  • On habite où? Si à Rome, on fait comme les Romains, eh bien à Kôya-san, on fait comme les moines boudhistes. On loge dans l’un ou l’autre des 52 temples de la ville qui offrent de l’hébergement. Pour quelques centaines de dollars américains, vous aurez droit à l’expérience totale: onsen, repas du soir végé à 17h30, couvre-feu à 21h, dodo sur un tatami, levée à 6h, prière du matin à 6h30 et petit-déjeuner à 7h30, après la prière. Notez que les différents temples n’offrent pas tous le même niveau de confort, alors faites vos recherches avant votre départ. De mon côté, j’ai dormi au temple Ichijoin. J’ai beaucoup apprécié mais j’aurais aimé avoir accès à une salle de méditation ou, ne serait-ce qu’à une chaise, pour pouvoir profiter du paysage et du calme pour lire.
  • Incontournables Le cimetière Oku-no-in (rendez vous jusqu’au bout complètement afin de voir le pavillon des lanternes et le mausolée de Kôbô Daishi) ainsi que l’ensemble Danjô Garan.
  • Conseils En arrivant, rendez vous à l’une ou l’autre des trois bureaux de l’Association de tourisme de Kôya-san. Vous pourrez y louer un audio-guide pour visiter la ville. Profitez de la soirée pour faire la visite du cimetière de nuit, en anglais, en compagnie d’un moine (détails). Finalement, comme vous serez debout tôt le lendemain matin, retournez au cimetière par vous-même. La marche matinale parmi les 2000 tombes et les cèdres centenaires est tout simplement magique.

Hiroshima

IMG_0713

  • Pour se rendre 2h de Kyoto et 5h de Tokyo en Shinkansen
  • On habite où? De mon côté, j’ai logé au Crowne Plaza ANA, situé à 2 pas de la place de la Paix.
  • Incontournables Le Parc du Mémorial de la Paix et tout ce qui l’entoure comme le Musée de la paix (prévoir 2h30-3h pour la visite avec audio-guide) et le Monument des enfants. Il faut également visiter Miyajima, nom donné à l’île Itsukushima. Classée comme l’un des trois plus beaux sites du Japon, Miyajima est célèbre pour son torii et son sanctuaire shinto flottants. On se rend dans l’île en traversier (gratuit avec la JR Pass) ou en tramway. (Notez que le torii flottant est en rénovation et couvert d’échafaudage jusqu’à la fin août 2020). On retrouve également dans l’île le Mont Minsen, avec ses daims et ses singes. On y accède uniquement à pied ou en téléphérique. Il faut également savoir qu’il est possible de passer la nuit dans l’île dans un ryokan ou dans un hôtel. Vous aurez alors l’occasion de profiter de l’ambiance zen qui y règne en soirée, de visiter un onsen et de goûter les spécialités locales comme le Momiji-manju.
  • On prévoit combien de temps Facilement 2 jours pour tout faire. Il faut compter au moins 1/2 journée pour visiter le musée et le parc ainsi qu’une journée dans l’île. De mon côté, j’ai manqué de temps. Comme le Torii était emballé, j’ai décidé de reporter mon passage à Miyajima à mon prochain séjour au Japon et de rentrer plus tôt à Tokyo.
  • Okonomiyaki Si vous êtes un peu foodies et que les plats asiatiques vous allument, vous connaissez déjà les okonomiyakis. Pour les autres, selon Wikipedia, il s’agit « d’un plat japonais composé d’une pâte qui enrobe un nombre d’ingrédients très variables découpés en petits morceaux, le tout étant cuit sur une plaque chauffante ». Et c’est le plat emblématique d’Hiroshima. Pour goûter cette petite merveille, rendez-vous au Village de l’Okonomiyaki (Okonomiyaki-mura). C’est un immeuble où sont rassemblés environ 25 comptoirs nous proposant cette spécialité.  À l’origine, vers 1950, l’Okonomiyaki-mura se trouvait sur la place centrale de la ville et regroupait des échoppes qui exerçaient leur activité dans des tentes de fortune. Aujourd’hui, tout est regroupé dans ce building de 4 étages. Nous avons goûté l’okonomiyaki du Shin-Chan, situé tout au fond du 1er étage à droite. Il s’agit du « plus ancien restaurant ouvert en 1948 et qui continue son activité depuis la période où il trouvait abri sous une tente de fortune. Les quantités servies n’ont jamais changé depuis et sa particularité réside dans le volume copieux de tororo kombu (algue séchée en fines lanières), de chou étuvé et de pousses de soja utilisés. »  Délicieux!!

IMG_0706

  • Restos/Bars à vins nature/Cafés J’avais bien quelques adresses sur ma liste mais tous les établissements intéressants étaient fermés lors de mon passage. Toutefois, nous avons visité un restaurant français typique où ils étaient vraiment heureux de rencontrer de vraies de vraies francophones: Allez-Allez! Du vins!

Prochain séjour

Lors de mon prochain séjour, j’effectuerais à peu près le même genre de voyage mais je resterais là bas au moins 14 jours complets (au lieu de 12). Voici ce que je mettrais sur ma to do list:

  1. 3 nuits à Tokyo : le temps daller au marché de poisson de Toyosu (le marché de Tsukiji étant fermé définitivement depuis le 6 octobre 2018), de visiter le quartier des geeks (Akihabara), de faire une visite guidée gourmande avec Arigato Food Tours (à Tokyo ou ailleurs au Japon!)
  2. 6 nuits à Osaka: Je passerais 3 jours à Osaka puis je rayonnerais aux alentours en train. J’irais assurément passer une journée à Kyoto (question d’aller au marché!) et une autre à Nara.
  3. 1 nuit à Miyajima
  4. 2 nuit au Mont Fudji
  5. 2 nuits à Tokyo avant de repartir

Pour voir davantage de photos de mon voyage, rendez-vous sur la page Facebook de Curiosités et Gourmandises et/ou dans mes stories Instagram.

Et, maintenant que vous savez tout sur mon séjour au Japon, découvrez 5 choses que j’aurais voulu ramener dans mes bagages et 5 autres, je le laisse au Japon avec grand plaisir. C’est juste ici.

Steph emerald2

Laisser un commentaire