Réinventer le burger chez Art:Brgr

D’entrée de jeux, je vous le dis, je ne suis pas une très grande fan de burger.  C’est donc afin de profiter de l’ambiance du Burger Week qui régnait un peu partout dans la ville en cette première semaine de septembre que j’ai choisi de manger mon second burger de l’année!!  Où? Le plus près de chez moi: Art-brgr. Quelle excellente idée!

Art-Brgr c’est bien sûr des burgers mais c’est d’abord et avant tout l’aventure de deux gars supers sympathiques, Alon et Kaven, qui, malgré le fait que leurs pays d’origine soient en guerre l’un contre l’autre, eux s’adorent et ça transparaît jusque dans nos assiettes.

Une salle vaste, moderne mais avec une touche un peu vintage, un grand bar, une table de pool.  Sur les murs, des oeuvres de différents artistes locaux bref, l’endoit est actuel, contemporain et chaleureux.  L’été, une immense terrasse ensolleilée donne sur cette nouvelle partie fermée de la rue Gilford. Vraiment agréable!

Mais bon, passons aux choses sérieuses, les burgers.  Au menu, il y en a pour tous les goûts. Des classiques aux plus décadents! Et quand je dis décadents…  Le Poutine Burger est servi avec une poutine intégrée, le Fat Boy déborde de mac&cheese et le Elvis combine beurre de peanut et banane!!!  Et si, par malheur, vous ne trouvez pas chaussure à votre pied parmi la longue liste des favoris de la maison, tous plus alléchants les uns que les autres, et bien, vous avez également la possibilité de créer le vôtre. Ils sont tous servis avec frites et salade. Voilà!  Mais attention, la carte du Art:brgr révèle d’autres surprises et une de celle là est majeure. Il s’agit du célèbre hummus maison préparé secrètement, en cuisine, chaque matin par Alon, selon la recette de sa grand-mère.  Et attention, personne n’est autorisé en cuisine pendant ce moment sacré.  Savoureux!  C’est sincèrement, le meilleur hummus que j’ai mangé de ma vie.  Et il est servi avec différentes garnitures, accompagné d’un pain pita épais maison et d’une salade fraîche.

Alors, nos choix maintenant.  En guise d’apéritif, sur la terrasse, nous avons pu profiter d’une belle soirée de fin d’été en dégustant, à deux, une sangria blanche géante.  Pour accompagner l’apéro, le hummus, bien sûr.  Nous avons choisi la version champignons du jour, ail et vin blanc. Incroyable! Et en guise de burgers, nous en avons partagé deux, le Volcan, spécialité du Burger Week : champignons portobello au vin blanc et beurre à l’ail, avocat, chips maison, jalapenos, fromage suisse, sauce maison tomate aïoli, le tout garni d’un oeuf frit et le Poutine Burger: poutine, jambon, bacon, laitue et tomate. Ouf!!!  C’était beaucoup, beaucoup trop, mais tout était tellement bon!

J’espère que vous saurez me pardonner de ne pas avoir testé les desserts cette fois mais, enfin, sachez qu’ils en ont quelques uns, tous faits sur place, entre autre un fondant, une barre Mars frite et une crêpe pomme, brie, Grand Marnier.  C’est certain que je vais repasser pour les essayer car si ils sont aussi réussis que tout le reste, je saurai me régaler. Et notez que depuis quelques semaines, ils offrent des brunchs méditerranéens le dimanche, également à essayer.

Ma seule petite déception de la soirée se situe au niveau du service qui était vraiment plus qu’ordinaire à notre arrivée.  Nous étions la seule table à l’intérieur et visiblement, ça complexifiait la chose. Après une quinzaine de minute à attendre, une table s’est libérée à l’extérieur et c’est là que le tout s’est rétabli.  Par contre, je n’ose pas penser au reste si nous n’avions su trouver cette place sur la terrasse.

Finalement, les prix. J’ai payé 40$, incluant taxes et service, pour la moitié de tout ça. Je considère que c’est une aubaine considérant la quantité et la qualité des produits servis.

Du côté des plus: les deux proprios, des passionnés remplis de créativité, la qualité des produits et l’originalité de la carte. Vous retrouverez ici des burgers que vous ne retrouverez jamais ailleurs, c’est garanti. Le hummus, bien sûr, et les prix.

Du côté des moins: je dois dire le service mais, je le dis bien bas, car je crois qu’il s’agit ici d’un manque de coordination entre les membres de l’équipe.  Une simple petite adaptation devrait, sans doute, régler tout ça.

Art: BRGR Web | Facebook | Twitter | Instagram

  • 408 rue Gilford, Montreal
  • 514.903.5500

Steph emerald2

Laisser un commentaire