Semaine de la poutine, jour 5

Aujourd’hui, une seule poutine au menu.  Ce soir, on met la poutine de côté et on sort en grand au Ritz pour la Fête de l’Érable.  Pour l’occasion, une virée chez les Anglos avec les grands gagnants du Burger Week s’imposait , le Burger Bar sur la rue Crescent.

Burger Bar

Burger BarBon, là, je dois être complètement honnête avec vous.  Mon lunch au Burger Bar, ce midi, a été non seulement ma pire expérience poutine de la semaine mais, je pense, une de mes pires expériences dans un resto à vie, enfin au moins depuis aussi longtemps que je tiens ce blogue.  La service a été tout simplement horrible.  C’était lent, la serveuse nous soupirait au visage quand on lui demandait quelque chose comme un verre d’eau, elle nous a clairement dit qu’elle n’avait pas le temps de nous expliquer qu’est-ce qu’il y avait dans nos assiettes, et j’en passe.  Je vous le dis, c’était horrible!  Bon… maintenant que je suis un peu calmée, parlons poutine.  D’abord vous devez savoir qu’il y avait confusion entre les gens du resto et l’équipe de la Semaine de la Poutine.  Sur le site web de Poutine Week, il était mentionné que la poutine soumise au concours par le Burger Bar était leur poutine au pulled pork au Jack Daniel alors qu’une fois sur place, ils offrent une poutine originale, la Poutine Gueule de Bois, qui n’est pas sur leur menu régulier.  Il s’agit d’une poutine servie avec des champignons sauvages de Colombie-Britannique, de l’huile de truffe et un oeuf frit.  L’info a maintenant été rectifiée sur le site de la Semaine de la Poutine.  Félicitations à l’équipe du Burger Bar pour cette création!  Par contre, ils étaient en manque de champignons ce midi, je n’ai donc pas pu la goûter et me suis rabattue sur la poutine au pulled pork, telle qu’auparavant décrite sur le site internet.  Ici aussi, le Burger Bar marque un point.  C’est le seul resto visité jusqu’à présent où le fromage en crotte faisait vraiment « sqwick-sqwick », ENFIN!  A cela on ajoute des frites maison et le pulled pork au Jack qui goûtait trop fort.  Le Jack laissait un arrière-goût désagréable en bouche et pour moi, il y avait un peu trop de sauce, les frites étaient molles et détrempées.  Pour les portions et les prix, honnêtement, je n’ai pas eu réponse à mes questions… pas le temps, vous comprenez!  En passant, j’ai quitté le resto il était passé 14h et il restait environ une douzaine de clients…  Ah oui, petit détail, bien que notre charmante serveuse était francophone, et nous a servi dans français parfait, sachez que la langue de Molière est plutôt rare au Burger Bar.  Vous savez cette mauvaise réputation qu’ont su se tailler certains restos de la rue Crescent, et bien, ici tous ces éléments sont réunis!  Dommage tout ça…  De plus, j’insiste sur le fait que cette critique n’est que le reflet de mon expérience personnelle au Burger Bar et n’implique, en aucun temps, les membre de la Semaine de la Poutine!

Demain, je teste la poutine du Blackstap BBQ à Verdun et celle du resto syrien Tazah!

Laisser un commentaire